20160620171209_00006_edited.jpg

Une femme s’assoit

elle est nue

Ses formes 

dessinent la flamme véritable

Sa force perpétue l’Être

 

Nue sereine sa peau irisée flotte

Nu

Son regard perce l’infime

Elle sait

 

La femme nue. Nue.

Toujours nue elle brûle

Première enveloppe

en fumée.

La femme plus nue 

Toujours plus nue 

frôle l’immortel.

 

Elle le transmet

Boire à son sein, nu

 

Nue la femme vit

nue elle s’immole

Ses cendres transportent la sève

            rouge.

déposent aux portes l’humanité.

Je n'aime pas tes distances.Que tu voyages.Tu dis que tu veux respirer.Prendre l'air.Apprendre le monde.Mais le voilà.Celui qui sera désormais notre monde.Mon lit.Ton nouveau monde.Ton unique voyage.Ma main,ton nouvel horizon.Ma main,tes menottes.Elle sera douce parfois rude. Elle décide.Elle s'aventure,(Ferme les yeux) comme une caresse ennemie.Toi qu'elle retient,et tes caprices,cloués à ses pulsations.

Main. Doigt. Bouche.Ferme les yeux et voyage.

 

Tu la mords ? elle te gifle. 

 

Je n'aimais pas quand tu partais.Ton voyage est ici.Sur ce matelas.Ma main est ton voyage Ton unique horizon.Sois sage, elle écoutera tes mots.Ton soupir,son rythme.Jeux, pupilles obéissantes,à toi de marcher dans son sens.Ma main a le pouvoir.Ton regard suppliant tes crachats Ta haine, encore.De haut en bas ma main marque Tes membres.Ils dansent.Tu gigotes. Tu te noies,mais si tu cesses tes jérémiades accueilles ce nouveau monde,tu sauras.

Tu écouteras ton corps, contre qui ma main joue.Regarde-la dans les yeux.Tes liens peuvent facilement se défaire Si tu acceptes l'évidence.

Alors tu cèderas ton corps à cette main,Ma main,experte.Celle du voyage.

Sans fin.